Le FESPACO, une oasis culturelle pour cinéphiles

Publié le 17 janvier 2017

Gery BARBOT est franco-burkinabé. Ce cinéaste et photographe répond aux questions des globe-reporters Théo, Adrien, Tom et Titouan du Lycée Aristide Briand de Gap, ainsi qu’a celles des globes-reporters Estelle, Yesmin, David et Luka Velickovic du Collège Varèse de Paris.

Culture et francophonie

Gery BARBOT donne rendez-vous à l’envoyée spéciale des globe-reporters au lycée français Saint-Exupéry en plein centre de Ouagadougou. Il connaît bien le lieu car c’est le président de l’association des parents d’élèves. La fin de la journée de cours approche quand ce cinéphile évoque le cinéma en Afrique et le fameux FESPACO.

Gery BARBOT est aussi le réalisateur du film Eva qui a été présenté au Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou, le FESPACO. C’est donc l’occasion d’en savoir plus sur son film, inspiré par plusieurs histoires d’enfants de familles françaises expatriées qui vivent au Burkina Faso.  

Gery Barbot a reçu les globe-reporters au lycée français Saint-Exupéry à Ouagadougou. Derrière lui, une fresque d’une des façades du lycée.

L’interview se déroule quelques jours après la présentation officielle du programme du FESPACO qui débute le 25 février 2017. Avec cette fête du grand écran, le cinéma est un peu partout en ville. La conversation est longue et très intéressante. Saviez-vous, par exemple, que ce n’est que depuis décembre 2016 que les salles de cinéma de Ouaga sont passées à la technologie numérique ? Et que les films préférés des Burkinabés sont des burkinabés ? Ou que le prix d’une entrée de cinéma dans la capitale du Burkina ne permet pas à tout le monde d’y aller ?

Sources sonores

  • Pouvez-vous vous présenter ?

  • A combien s’élève le prix du tournage d’un film en Afrique ?

  • Quel était le budget de votre film Eva ?

  • Quelle est la popularité du FESPACO de Ouagadougou ?

  • Quelles classes sociales fréquentent le festival ?

  • Question Bonus : Pourquoi le FESPACO a stoppé les séances en plein air ?

  • Y a-t-il de la censure sur certains films pouvant dénoncer les méfaits de la société ?

  • Le FESPACO permet-il une meilleure diffusion du cinéma burkinabé ?

  • Le FESPACO permet-il la diffusion dans les pays africains des films sélectionnés ?

  • Le FESPACO permet-il une meilleure fréquentation des salles de cinéma ?

  • Combien payent les spectateurs pour aller au cinéma au Burkina ?

  • Quels sont les films à la mode actuellement à Ouagadougou ?

  • Question bonus : Est-ce que les salles de cinéma de Ouagadougou sont bien équipées pour projeter des films comme en France ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Rectorat de Paris
  • Fondation SNCF