« Aller à l’école aurait été une chance inouïe pour moi », Fayssal DABRUOGO

Publié le 26 janvier 2017

Fayssal DABRUOGO a 16 ans et travaille déjà. Il fabrique des briques d’argile qui servent à bâtir les maisons dans le village de Nagréongo. Ce jeune plein de courage répond aux questions des globe-reporters Hanna, Bahia, Ines, N’deyé, Prométhée et Jeanne du collège Verlaine, de Paris.

Education et jeunesse

Voici l’histoire d’un jeune homme plein de courage, travailleur et très observateur qui a juste eu la malchance de voir le jour dans une famille qui n’a pas pu lui permettre d’aller à l’école.

Fayssal DABRUOGO arrive au lieu de rendez-vous un peu en avance. Il marche tranquillement et regarde tout autour de lui. Fayssal n’a jamais été scolarisé. Il ne sait ni lire, ni écrire bien qu’il aurait beaucoup aimé savoir.

Pour lui poser ses questions, l’envoyée spéciale des globe-reporters a donné rendez-vous à Fayssal dans la cour du Lycée Départementale de Nagréongo. Fayssal ne voulait pas faire l’interview sur son lieu de travail, de peur que son chef le traite de fainéant et l’accuse de perdre du temps, ce qui aurait pu avoir de fâcheuses conséquences pour lui comme se faire renvoyer de son travail.

Fayssal, 16 ans, regrette n’avoir pas eu la chance d’étudier

Fayssal est un jeune homme fort avec des grands yeux couleur amande qui regardent tout avec curiosité. Il ne parle pas français, mais moré. Fatimata, une enseignante, a accepté d’aider l’envoyée spéciale en faisant la traduction.

Tous les trois s’installent dans une salle de classe et Fatimata explique le travail des globe-reporters et pourquoi ce rendez-vous pour faire une interview. Fatimata lui parle des élèves français qui ont envoyé leurs questions à l’envoyée spéciale. Elle lui dit les noms et l’âge de globe-reporters qui ont préparé les questions. Fayssal sourit au prénom de N’déyé qui lui plait beaucoup.

Les yeux de Fayssal sont un peu rouges et ses lèvres sont asséchées par son travail qu’il fait en plein soleil. L’envoyée spéciale lui offre de la crème hydratante pour les lèvres. Pendant la saison sèche, la poussière est présente partout, tout le temps, et c’est cela qu’elle en a dans son sac.

Fayssal et ses trois frères vivent avec leur oncle depuis le décès de leur père. Fayssal commence à répondre très timidement aux questions, mais, petit à petit, il s’anime et explique plein de choses et, finalement, nous dit quel est son plus grand rêve.

Attention, la traduction suit les réponses de Fayssal.

Sources sonores

  • Pour quelles raisons ne vas-tu pas à l’école ?

  • Combien d’argent gagnes-tu par jour en faisant des briques ?

  • Comment fabriques-tu les briques et combien peux-tu fabriquer par jour ?

  • Aurais-tu aimé aller à l’école ?

  • Quel est ton rêve ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Rectorat de Paris
  • Fondation SNCF