Le gouvernement grec et le changement climatique : peut mieux faire !

Publié le 27 novembre 2016

Comment le gouvernement grec s’implique-t-il dans la lutte contre le changement climatique ? Le globe-reporter Andreas du Collège Cesar Franck de Paris interroge Takis Grigoriou de l’ONG Greenpeace Grèce.

Débats

La page d’accueil du site de Greenpeace Grèce

Est-ce que la Grèce est en mesure d’influencer les négociations de la COP 22 ?


La Grèce pourrait avoir rejoint, ou aider à créer, des alliances ou des groupes de petits pays qui, tout ensemble, peuvent avoir un impact plus important sur les négociations. Par exemple, 47 pays en voie de développement viennent d’annoncer qu’ils se fixent comme objectifs 100% d’énergie renouvelable pour les prochaines années. C’est le type d’engagement et d’implication que nous souhaitons de la part de ces pays.
Peu importe que vous soyez un poids lourd ou léger, les négociations donnent un espace à tout le monde et tous les pays peuvent contribuer dans l’aboutissement de bonnes ambitions et de plans dans le cadre du changement climatique. Malheureusement, le gouvernement grec n’a jamais mis l’accent sur les négociations climatiques. Il a clairement échoué à comprendre l’enjeu pour le futur de la Grèce. Ceci dit, le parlement grec a été un des premiers à ratifier l’accord de Paris sur le changement climatique.


Comment le gouvernement grec ou la délégation grecque pourrait-il inspirer des projets ?


Même si le parlement grec a été un des premiers parlements à ratifier l’accord de Paris, le gouvernement ne semble pas attacher d’importance au texte. Au contraire, il défend l’ouverture de nouvelles mines de charbon et de nouvelles infrastructures pour le pétrole et le gaz.
Ce que le gouvernement grec devrait faire est tout le contraire : annoncer un objectif de 100% d’énergie renouvelable dans les 20 prochaines années, annuler tous les nouveaux projets d’énergies fossiles et commencer à investir dans les énergies renouvelables et dans les économies d’énergie. Le gouvernement grec devrait s’impliquer dans l’aide aux ménages pauvres pour les aider à acquérir leurs propres installations solaires. Ils auraient alors accès à une énergie propre illimitée grâce au soleil grec qui est la plus importante source énergétique du pays. De cette manière, la Grèce non seulement abandonnerait les dépenses en énergies fossiles, non seulement pourrait devenir un vrai leader dans la lutte contre le changement climatique, mais le pays pourrait aussi aider à l’essor de l’économie qui pourrait croitre plus rapidement et laisser la crise économique derrière nous.

Photo du site Internet de Greenpeace Grèce

Comment la Grèce pourrait réduire ses activités polluantes ?

En supprimant tous les nouveaux projets d’énergie fossile, comme celui d’importantes centrales de lignite et de pétrole et en réinvestissant cet argent pour aider les gens à accéder à des énergies propres et abordables. Cela signifie qu’il faut aider les foyers les plus modestes à isoler leur logement et à installer des sources d’énergie solaire pour produire leur propre énergie. De cette manière, la plus importante source de pollution (les grosses centrales de lignites) serait bientôt fermée et les gens pourraient respirer un air plus sain dans les villes.
Enfin, en construisant rapidement des sources d’énergie renouvelable telles que des grands parcs éoliens, des parcs solaires, des installations géothermales ou de biogaz. La Grèce peut produire beaucoup d’énergie propre et pourrait commencer à remplacer les véhicules qui fonctionnent à l’essence et au diesel par des voitures électriques utilisant de l’énergie propre. De même, beaucoup de familles pourraient installer des systèmes solaires pour charger les batteries de leur véhicule et fournir leur propre électricité. De cette manière, la Grèce, mais aussi d’autres pays, pourrait éliminer les énergies fossiles et éradiquer complètement la pollution de l’air une fois pour toutes.
 

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Label COP 22
  • Insitut Français de Marrakech
  • Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer