J’ai mangé du serpent (et ce n’était pas mauvais)

Publié le 25 janvier 2017

Hoa Nguyen a 63 ans et tient un restaurant qui sert des serpents dans une petite ruelle d’Hanoi. Ses parents tenaient déjà ce restaurant qui a été créé par son grand père. Entre deux préparations, elle répond aux questions des globe-reporters du CP de la rue d’Ourcq à Paris.

Culture et francophonie

Chers globe-reporters, vous vouliez que je vous parle des serpents. Alors, je ne suis pas allée dans un zoo, mais dans un restaurant, là où on mange les serpents ! Je sais, c’est bizarre, mais les serpents se mangent au Vietnam. Même les enfants en mangent.

Je m’installe donc avec Tuyen, mon guide vietnamien qui parle parfaitement le français, sur un petit tabouret du restaurant Tam Thuong, à Hanoi. Il s’agit en fait d’une toute petite pièce ouverte sur une ruelle étroite, avec une table ou deux. Ce n’est pas un lieu pour les touristes, c’est vraiment un restaurant de rue, pour les Vietnamiens. Il y a de vieux calendriers sur les murs. Ça me fait penser aux calendriers « PTT » (l’ancêtre de la Poste) que je voyais accrochés aux murs de la maison de mes grands-parents dans mon enfance – il y a donc très longtemps. 

Manger à côté de l’autel où l’on prie

Dans la petite pièce, il y a aussi un autel. Un autel est une table dressée pour offrir des offrandes, généralement à un ou des dieux. C’est fait pour prier. Là, il y a deux portraits de vieilles personnes. Ici comme dans tout le pays, on honore les ancêtres. Les gens allument une tige d’encens, la portent à leur front puis à leur cœur trois fois. C’est une manière de dire « tu es dans mon esprit et dans mon cœur » aux gens de leur famille qui ont vécu avant eux mais qui sont morts aujourd’hui et qui leur manquent.

Ensuite, on plante l’encens et on le laisse brûler, et on dépose de la nourriture pour les ancêtres. Même s’ils sont morts et qu’ils n’ont plus faim, c’est une manière de penser à eux. D’ailleurs, on peut reprendre la nourriture ensuite et la manger, ça ne pose aucun souci. C’est un peu étrange, pour moi, de voir ça dans un restaurant, et de manger juste à côté. C’est le genre de choses que l’on voit plutôt dans une église, d’habitude ! Mais au Vietnam, la mort n’est pas cachée, taboue comme chez nous. Elle fait partie de la vie.

Six euros le serpent à la citronnelle

Je rencontre donc Hoa, qui nous cuisine un bon serpent à la citronnelle. Vous trouvez ça dégoutant ? Et bien, sachez que le serpent, ce n’est pas mauvais, et même que ça craque sous la dent ! Malgré tout, si j’ai tenté l’expérience, c’est pour vous. Je ne recommencerai pas. Je trouve ça un peu bizarre, de me dire « je mange un serpent ». Le serpent est par ailleurs un plat assez cher : 150.000 dongs une petite assiette (6 euros), alors que la plupart des plats de rue coûtent 30.000 ou 50.000 dongs (entre 1,50 euros et 2 euros).

Regardez ma vidéo et écoutez l’interview de Hoa pour en savoir plus sur les serpents !

Sources photographiques

Hoa Nguyen a 63 ans. C’est elle qui a cuisiné, pour nous, ce serpent à la citronnelle.
Hoa Nguyen a 63 ans. C’est elle qui a cuisiné, pour nous, ce serpent à la citronnelle.
Un autel des ancêtres est dressé, avec des offrandes. Il n’est pas rare de voir cela dans les restaurants vietnamiens : les ancêtres doivent manger avant les vivants.
Un autel des ancêtres est dressé, avec des offrandes. Il n’est pas rare de voir cela dans les restaurants vietnamiens : les ancêtres doivent manger avant les vivants.
Et voilà notre serpent. La peau craque sous la dent, ce n’est pas mauvais. Mais personnellement, je ne recommencerai pas l’expérience !
Et voilà notre serpent. La peau craque sous la dent, ce n’est pas mauvais. Mais personnellement, je ne recommencerai pas l’expérience !
Hoa Nguyen a 63 ans. C’est elle qui a cuisiné, pour nous, ce serpent à la citronnelle.
Un autel des ancêtres est dressé, avec des offrandes. Il n’est pas rare de voir cela dans les restaurants vietnamiens : les ancêtres doivent manger avant les vivants.
Et voilà notre serpent. La peau craque sous la dent, ce n’est pas mauvais. Mais personnellement, je ne recommencerai pas l’expérience !

Sources sonores

  • Où attrape-t- on les serpents ?

  • Comment attrape-t-on les serpents ?

  • Que mangent les serpents ?

  • Peut-on manger tous les serpents ou y a-t- il des serpents spéciaux ?

  • Comment récupère-t- on le sang des serpents ? Est-ce que ça apporte le sang du serpent ?

  • A partir de quel âge mange-t- on le serpent ?

  • Est-ce que beaucoup de Vietnamiens mangent du serpent ?

  • Est-ce qu’il y a des fermes d’élevage de serpents ?

  • Quel goût à la viande de serpent ?

  • Quels plats servez-vous dans votre restaurant ?

Sources vidéo

Dans un restaurant où l’on vend du serpent

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam