" Nous avions des sentiments complexes à l’égard du peuple de France" Hữu NGOC

Publié le 7 janvier 2017

A 99 ans, Hữu NGOC se souvient encore précisément des guerres. Contre les Français, puis contre les Américains. Grande figure de la société vietnamienne, il a fait connaître la culture de son pays dans le monde entier, auprès des plus grands dirigeants et savants. Il répond à présent à Quentin, Romain, Satine, Gabriella et Adèle, en classe de CM1/CM2 à l’Ecole Nicolas Boileau.

Economie, histoire et politique

“Les Vietnamiens ont-ils regretté le départ des Français du pays ?” Voici la question des globe-reporters à laquelle Hữu NGOC a répondu le plus vite : « bien sûr que non ! ». « Nous voulions être libres, comme tout le monde ! ». Pendant la guerre contre la France, cet écrivain de 99 ans, très connu au Vietnam, était chargé de la « rééducation » des prisonniers de guerre français.

Il leur expliquait en fait le non-sens de cette guerre, dont l’objectif était de permettre à la France de conserver sa puissance coloniale, source de richesses pour les entreprises françaises. « Nous avons libéré des prisonniers, car Hô Chi Minh avait foi en l’Homme. Une fois libérés, ils ne se sont pas retournés contre nous. Nous les avions convaincu. »

Sources photographiques

Hữu Ngọc chez lui, dans son bureau, à Hanoi. Il tient dans ses mains une affiche américaine d’époque, en faveur de la fin de la guerre au Vietnam.
Hữu Ngọc chez lui, dans son bureau, à Hanoi. Il tient dans ses mains une affiche américaine d’époque, en faveur de la fin de la guerre au Vietnam.
Pendant la guerre, cet écrivain vietnamien était chargé de convaincre les prisonniers français que la guerre contre le Vietnam devait cesser, car elle n’avait d’autre objectif que de défendre les intérêts économiques de la France.
Pendant la guerre, cet écrivain vietnamien était chargé de convaincre les prisonniers français que la guerre contre le Vietnam devait cesser, car elle n’avait d’autre objectif que de défendre les intérêts économiques de la France.
A 99 ans, il a désormais l’interdiction de sortir de chez lui. « Je veux visiter l’Inde, mais ma famille me dit que je suis trop vieux ! »
A 99 ans, il a désormais l’interdiction de sortir de chez lui. « Je veux visiter l’Inde, mais ma famille me dit que je suis trop vieux ! »
Hữu Ngọc chez lui, dans son bureau, à Hanoi. Il tient dans ses mains une affiche américaine d’époque, en faveur de la fin de la guerre au Vietnam.
Pendant la guerre, cet écrivain vietnamien était chargé de convaincre les prisonniers français que la guerre contre le Vietnam devait cesser, car elle n’avait d’autre objectif que de défendre les intérêts économiques de la France.
A 99 ans, il a désormais l’interdiction de sortir de chez lui. « Je veux visiter l’Inde, mais ma famille me dit que je suis trop vieux ! »

Sources sonores

  • Que pensiez-vous des Français pendant la guerre d’Indochine ?

  • Quels sentiments aviez-vous à l’égard des français quand vous étiez à l’école ?

  • Quelle était votre fonction pendant la guerre contre les français ?

  • Manquiez-vous de nourriture pendant la guerre ?

  • Quelle était l’ambiance dans les rues ?

  • Aviez-vous des armes ? Qui était le mieux équipé entre les troupes françaises et les troupes vietnamiennes ?

  • Comment communiquiez-vous avec vos amis soldats ?

  • Question bonus : Comment était organisée l’armée vietnamienne ?

  • Question bonus : Quel est votre souvenir le plus lourd de cette période ?

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam