"Pourquoi j’ai monté ma boîte au Vietnam"

Publié le 17 janvier 2017

Sébastien Loffler a choisi d’immigrer au Vietnam il y a huit ans. Il a monté une agence de photographes. Conseillerait-il à d’autres Français de faire de même ? Les élèves du collège Camille Claudel à Paris lui ont posé la question.

Economie, histoire et politique

Le rendez-vous est donné à 12h30, dans un restaurant indien de Hanoi, aux abords du lac Ho Truc Bach.

Sébastien et moi avons mangé là !

Il pleut ce jour-là, il y a de la brume comme souvent. Je suis venue plus tôt pour profiter du wifi, et regarde la pluie tomber sur l’eau en passant mes coups de fils, pour caler des rendez-vous. Le décor se floute, c’est très onirique [comme dans un rêve]. Sébastien arrive sur sa moto. J’ai eu son contact via l’ami d’un ami. Avec son grand k-way kaki, comme en portent tous les Vietnamiens lorsqu’il pleut, il se fond dans le paysage.

Il commande à manger en vietnamien, mais ne le parle pas très bien, me dit-il. C’est très dur d’apprendre cette langue. Je le constate tous les jours, moi qui peine à retenir les mots "oui" et "non" - cela dépend en fait de la personne à qui vous vous adressez.

Sébastien se définit comme un "autodidacte" : il a appris tout seul. Ce photographe est venu ici il y a huit ans. On lui fait cette proposition, alors il a sauté le pas. C’était limpide, une évidence. Il aimait bien Paris, mais il adore ce pays, le Vietnam. Aujourd’hui, il dirige une agence de photographes spécialisée sur le Vietnam.

Etre entrepreneur et diriger une entreprise, ce n’est pas comme venir en tant qu’expatrié, envoyé par un gros groupe. Il faut bien faire la différence entre les différents statuts des Français qui viennent ici. "Certains sont expatriés, sourit Sébastien. Moi, je suis un immigré."

Sources photographiques

Sébastien essaie de m’expliquer comment bien prendre une photo.
Sébastien essaie de m’expliquer comment bien prendre une photo. "Tu fais la lumière sur moi, puis tu bouges ton cadre." Je finis par sortir mon smartphone, il râle un peu. "Je n’aime pas ces trucs-là !"
Sébastien repart sur sa moto.
Sébastien repart sur sa moto. "Au Vietnam, je vends de la photo commerciale à des entreprises vietnamiennes, françaises, étrangères qui veulent des photos sur le Vietnam ou basées dans le pays."
Sébastien essaie de m’expliquer comment bien prendre une photo.
Sébastien repart sur sa moto.

Sources sonores

  • Quel est votre secteur d’activité ? En quoi consiste votre travail ?

  • Pourquoi avez-vous choisi de vous installer au Vietnam ?

  • Est-ce que vous travaillez avec beaucoup de vietnamiens ? Est-il facile de bien s’entendre avec eux ?

  • Parlez-vous vietnamien ? Quelle langue utilisez-vous dans vos rendez-vous d’affaires ?

  • Est-ce qu’on gagne bien sa vie au Vietnam ? Quel est le salaire moyen ?

  • Qu’est ce qui vous plait le plus dans la mentalité vietnamienne ?

  • Quels problèmes rencontrez-vous dans le cadre de votre travail ? Y-a-t-il des différences culturelles auxquelles il a fallu vous habituer ?

  • Conseilleriez-vous à des français de venir s’installer au Vietnam ? Quels sont les secteurs où les étrangers sont demandés ? Les formalités administratives pour s’installer sont-elles compliquées ?

  • Un dernier mot sur le Vietnam pour les globe-reporters ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam