Pourquoi y-a-t-il autant de scooters au Vietnam ?

Publié le 5 janvier 2017

Au Vietnam, il y a des scooters partout ! Pour les Vietnamiens, ça coûte cher mais c’est indispensable pour se déplacer, faire ses courses, aller au travail. Hong Kha TRUONG, moniteur d’auto-école, répond aux élèves du lycée Erik Satie à Paris.

Vie quotidienne

L’une des premières choses qui m’a surprise à mon arrivée au Vietnam, c’est le casque porté par ceux qui conduisent un scooter. La protection semble faible, cela n’a rien à voir avec les casques portés chez nous ! Et souvent, les personnes sont à 2, 3, 4, voire 5 sur un scooter (si, si, je l’ai vu). 

Mon ami Hao, journaliste au Vietnam, a plusieurs types de casques chez lui : certains légers, d’autres plus solides. Il me dit qu’avec la chaleur, c’est dur de supporter un gros casque sur la tête, mais que les gens prennent conscience des règles de sécurité et portent des casques plus lourds, similaires à ceux que nous avons en France, sur les grandes routes.

Qu’en pense Hong Kha TRUONG, moniteur d’auto-école ?

Sources photographiques

Au Vietnam, dans chaque maison, vous trouverez plusieurs casques ! Mais ils sont moins protecteurs qu’en France.
Au Vietnam, dans chaque maison, vous trouverez plusieurs casques ! Mais ils sont moins protecteurs qu’en France.
Un parking à scooters, comme il y en a beaucoup à Hanoï. A l’entrée, une personne note le numéro de la plaque, et l’on paie en fonction du temps resté à la sortie. Le plus dur : retrouver son scooter parmi tous ceux qui sont là !
Un parking à scooters, comme il y en a beaucoup à Hanoï. A l’entrée, une personne note le numéro de la plaque, et l’on paie en fonction du temps resté à la sortie. Le plus dur : retrouver son scooter parmi tous ceux qui sont là !
La plupart des Vietnamiens n’ont pas de voiture et se servent de leur scooter pour transporter des marchandises, faire des courses.Voilà pourquoi on voit tant de scooters très chargés !
La plupart des Vietnamiens n’ont pas de voiture et se servent de leur scooter pour transporter des marchandises, faire des courses.Voilà pourquoi on voit tant de scooters très chargés !
Hong Kha Truong, moniteur d’auto-école, fait une pause dans un café, assis sur un petit tabouret typique du Vietnam.
Hong Kha Truong, moniteur d’auto-école, fait une pause dans un café, assis sur un petit tabouret typique du Vietnam.
Quynh Huong Do, professeure de français, a pris un thé avec Hong Kha Truong et moi pour faire la traduction. C’est sa voix que vous entendez dans les sons !
Quynh Huong Do, professeure de français, a pris un thé avec Hong Kha Truong et moi pour faire la traduction. C’est sa voix que vous entendez dans les sons !
Au Vietnam, dans chaque maison, vous trouverez plusieurs casques ! Mais ils sont moins protecteurs qu’en France.
Un parking à scooters, comme il y en a beaucoup à Hanoï. A l’entrée, une personne note le numéro de la plaque, et l’on paie en fonction du temps resté à la sortie. Le plus dur : retrouver son scooter parmi tous ceux qui sont là !
La plupart des Vietnamiens n’ont pas de voiture et se servent de leur scooter pour transporter des marchandises, faire des courses.Voilà pourquoi on voit tant de scooters très chargés !
Hong Kha Truong, moniteur d’auto-école, fait une pause dans un café, assis sur un petit tabouret typique du Vietnam.
Quynh Huong Do, professeure de français, a pris un thé avec Hong Kha Truong et moi pour faire la traduction. C’est sa voix que vous entendez dans les sons !

Sources sonores

  • Pourquoi y a-t- il autant de scooters ?

  • En quelle matière sont faits les casques ?

  • Quelles sont les normes ?

  • Combien coûte un scooter ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam