Le processus de Bologne booste l’éducation supérieure en Europe

Publié le 16 janvier 2018

Hervé Moritz est le président de l’association Jeunes Européens France. Cette association est très impliquée dans le processus de Bologne. Il répond aux questions des globe-reporters Nehir, Askin, Ilgin, Görkem, Alp, Ece, Melis, Hece et Irmak du lycée Saint-Benoit d’Istanbul.

Institutions

Nous prenons contact avec l’association Jeunes Européens France pour évoquer le programme Erasmus. Au cours de l’interview, nous découvrons qu’Hervé Moritz travaille sur le Processus de Bologne. Ayant en poche un questionnaire sur les différences entre les niveaux d’éducation en Europe, nous lui proposons d’en parler.

Après avoir jeté un œil sur les questions, nous écartons celles auxquelles il n’est pas en mesure de répondre, mais cela reste une interview qui nous apprend plein de choses sur ce qui a déjà été fait, mais aussi sur ce qu’il reste à faire dans le domaine de la scolarité au sein de la Communauté européenne.

Hervé Mortiz au siège de l’association des Jeunes Européens France

Sources sonores

  • Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le Processus de Bologne ?

  • Dans le cadre du Processus de Bologne, la France accueillera en mai 2018 la conférence des ministres de l’Éducation des 48 pays membres. Pouvez-vous nous parler des problèmes importants à discuter lors de cette conférence ? Quelles sont les grandes problématiques communes ?

  • Selon les Jeunes Européens, est-ce qu’il y a des dossiers plus prioritaires que les autres ?

  • Question bonus : on a vu que les Européens avaient du mal à se mettre d’accord sur certains sujets. Est-ce aussi le cas pour le Processus de Bologne ?

  • Est-ce qu’il y a des écarts importants entre les niveaux d’éducation supérieurs des différents pays européens ?

  • Faut-il établir un classement par pays ou par université ?

  • Quand on est décidé à participer au programme Erasmus, comment choisir son université ?

  • D’une manière plus générale, est-ce que la politique européenne commune réduit les écarts entre les niveaux d’éducation des différents pays d’Europe ?