Anglais, français, arménien, kurde, hébreu, etc ; la scolarité se décline en plusieurs langues en Turquie.

Publié le 3 avril 2014

Olcay Kunal est professeur de français à l’Université Galatasaray. Il y enseigne le français aux débutants depuis une dizaine d’années. Il essaie de participer (dans le cadre de ses possibilités) aux manifestations écologistes dans son pays.
Olcay répond aux questions sur l’éducation en Turquie de Mohamed et Scott, deux globe-reporters du lycée Pierre Lescot, à Paris.

2013/2014 - Turquie

Quelle est la langue secondaire privilégié en Turquie ?

La langue secondaire privilégiée en Turquie dépend de la région où on se trouve ou plutôt de la communauté dans laquelle on est né. Par exemple, si on est arménien, la famille essayera de donner beaucoup d’importance à l’apprentissage de l’arménien après le turc (voire, parfois avant le turc). La même chose est valable pour le kurde ou pour d’autres langues minoritaires (même l’hébreu pour les juifs dans certains milieux). Parmi ces langues, il y en a qui sont enseignés à l’école primaire mais c’est toujours dans des écoles privées, ce qui ne facilite pas l’apprentissage (où l’amélioration) de ces langues chez des moins favorisés...

A part ça, à l’école publique, c’est l’anglais qui est privilégiée comme première langue étrangère, et cela depuis les années 60-70. Avant on pouvait voir quand même une grande importance du français, importance qui venait de l’époque ottomane (capitulations pour la France au 18e siècle, écoles françaises en Turquie fondées au début du 20e siècle, etc.).

JPEG - 84.6 ko
L’entrée du Lycée Galatasaray d’Istanbul © Globe Reporters 2014

Beaucoup d’enfants arrêtent-ils leur scolarité avant 14 ans ?

Je ne connais vraiment pas le chiffre exact des enfants qui arrêtent leur scolarité avant 14 ans. Mais il me semble que ce n’est pas un chiffre très important. Paradoxalement, depuis l’arrivée du gouvernement actuel au pouvoir, j’ai l’impression que la scolarité est plus répandue dans le pays. C’est en grande partie grâce au courant de mondialisation auquel notre pays n’a pas pu rester indifférent, mais il est vrai aussi que le gouvernement actuel n’a pas fait grand-chose pour empêcher ce genre d’effets de la mondialisation.

Avant, dans l’est et le sud-est du pays, les familles n’envoyaient pas leurs filles à l’école. Mais déjà à l’époque du précédent gouvernement (donc il y a une dizaine d’années), on a fait des campagnes et aujourd’hui, je pense que cette mentalité n’est plus significative dans ces régions du pays. A part ça, j’ai rencontré quelques jeunes qui ont arrêté leur scolarité avant 14 ans pour gagner de l’argent, être plus indépendant et quitter leur famille. Ce sont la plupart du temps des garçons. Mais il me semble que ces jeunes ne sont pas très nombreux.

Donc, en général, la scolarité est obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans et les jeunes qui arrêtent leur scolarité avant 14 ans ne constituent pas, à mon avis, un taux significatif.

Quel est l’équivalent du bac ? Quel est le pourcentage de réussite d’une tranche d’âge ?

On peut considérer que le concours d’entrée à l’université est l’équivalent du bac. Selon la disponibilité des départements à l’université, sur 1 700 000 élèves environ 700 000 sont recrutés à l’université ces dernières années. Ça montre plus ou moins le taux de réussite de la tranche d’âge 17-19 ans.

JPEG - 103.3 ko
Lycée Galatasaray © Globe Reporters 2014

Les jeunes travaillent-ils pour financer les études ?

Oui, la plupart des jeunes travaillent pour financer leurs études. Le système universitaire exigeant la plupart du temps un déplacement dans d’autres villes, les jeunes travaillent en général pendant leurs études. Il y en a beaucoup qui donnent des cours particuliers aux lycéens ou collégiens. Ils travaillent beaucoup aussi comme serveur dans des restaurants près de leur université.

Quel est le salaire moyen d’un jeune qui commence à travailler ?

Le salaire moyen d’un jeune (quand il commence à travailler) dépend du type de travail. Pour donner un chiffre, c’est en général entre 1000 - 1500 TL (lire turque).

Existe-il un “smic” en Turquie ?

Oui le "smic" existe en Turquie et c’est 1.071 TL (les prélèvements inclus) et 846 TL en net. (Pour convertir en euros cliquez ICI.)

Informations complémentaires

Pour lire un article sur l’histoire très intéressante du Lycée Galatasaray (qui existait avant l’Université), cliquez ICI.

Pour visiter le site du Lycée Galatasaray, cliquez ICI.

Pour lire une interview du directeur actuel du Lycée Galatasaray, cliquez ICI.

Zip - 975.9 ko
Télécharger les documents.