A Djerba, déchets et tourisme ne font pas bon ménage

Publié le 22 avril 2015

Anis Meghirbi est directeur commercial du groupe Seabel, qui possède deux hôtels sur l’île de Djerba. Il décrit aux 6e du collège Jean Lafosse, à La Réunion, les conséquences de la crise des déchets sur le tourisme.

Développement durable et environnement

Les 135 hôtels de l’île produisent environ 40% des déchets de Djerba.

JPEG - 205 ko
Anis Meghirbi travaille pour la chaîne hôtelière "Seabel", qui compte trois hôtels, dont deux à Djerba.
Zip - 6.5 Mo
Télécharger les documents

Sources sonores

  • La Tunisie a-t-elle augmenté ou diminué le tourisme, avec cette crise des déchets ?

  • La Tunisie est-elle polluée par les habitants ou par les touristes ?

  • Le gouvernement tunisien a t-il trouvé une solution ?

  • Les déchets sont-ils visibles sur les lieux touristiques ?

  • Les Tunisiens sont-ils gênés par tous ces déchets qui risquent de diminuer le tourisme ? Les décharges sauvages ne risquent-elles pas de perturber la venue des touristes en Tunisie ?

  • Que pourrait-on faire pour que les touristes ne soient pas dégoûtés par la pollution en Tunisie ?

  • Que s’est-il passé à Djerba avec les déchets ?

  • Quelles sont les réactions des touristes en voyant tous ces déchets ? Sont-ils compréhensifs ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Institut français de Tunisie
  • APTF